« Les Répliques » sont des parasites

Celles et ceux qui me suivent savent que je suis très attaché à la propriété intellectuelle. C’est nécessaire si on veut que son travail d’auteur soit respecté, si on ne veut pas que des gens se fassent de la visibilité et/ou de l’argent sur notre dos, profitant de nos succès et nous laissant nous démerder avec la recherche, les bides, les remises en question, les rageux, les signalements, etc.
Mais ce n’est pas le cas de tout le monde, comme le « média » présent sur les réseaux sociaux et connu sous le nom de « Les Répliques » qui a mis en place une méthode crapuleuse de violation systématique du droit d’auteur pour engranger de l’argent facile sur le dos de créateurs bénévoles et de donateurs naïfs.

Nous allons nous pencher sur la question, qui a été relevé par le compte Twitter de @VotezNon dans ce statut le 28/10 :

les répliques voteznon vol.jpg

En effet, depuis septembre Les Répliques ont ouvert un compte Tipeee pour recevoir des dons. Le soucis, c’est qu’ils ne produisent plus eux-mêmes le moindre contenu (leur site n’a pas publié d’articles depuis début 2017). D’ailleurs c’est comme ça qu’ils se sont fait connaître : en copiant-collant les meilleures « répliques » (d’où leur nom, montrant à quel point le copié-collé est dans leur essence, contrairement aux articles) chopées sur des comptes de twittos avec de la répartie. C’est de la compilation, du top, rien de plus.
Quoiqu’il en soit les Répliques font ça depuis des années, et à ma connaissance ça ne dérangeait personne.

Jusqu’à ce qu’ils cherchent à se faire du fric avec.
Sans rien créer.
Et à partir d’un contenu offert gratuitement par d’autres.

Pour faire une analogie, c’est comme si un artiste de rue faisait un spectacle gratuit, Les Répliques le filment sans mise en scène, gravent le spectacle sans montage sur un DVD avec une jaquette moche et proposent le DVD aux gens en leur donnant la possibilité de faire un don.
Sans demander son avis à l’artiste.
Sans lui verser un centime.

C’est ça la « méthode Les Répliques ». C’est du vol de propriété intellectuelle et en se faisant de la thune dessus.
C’est profiter d’un contenu proposé gratuitement par d’autres pour s’enrichir à peu de frais.

C’est recevoir de l’argent pour montrer un contenu qui est en libre accès.

C’est du parasitage.

Les Répliques affirment alors qu’un tweet c’est pas vraiment du « travail », que c’est pas vraiment une création intellectuelle donc ce n’est pas soumis au droit d’auteur. Que c’est « juste un tweet » sans autre argument que cette affirmation. Il est amusant de constater qu’un tweet est méprisé par nature alors qu’il constitue la seule source de visibilité et de revenu de Les Répliques… Ça crache dans la soupe.
On peut aussi relever que c’est pas sympa pour les Community Manager qui ont un vrai boulot consistant notamment à… faire des tweets.
Bref on va voir le côté légal tout à l’heure, mais avant j’aimerai relever qu’une brique, c’est qu’une brique. Juste une brique. On peut pas faire grand chose avec si ce n’est fracasser la gueule des voleurs de contenu. Mais ça a la valeur d’une brique. Et avec plein de briques, on fait une maison. Le tweet, le bon-mot, c’est pareil. Tout seul ça a pas forcément l’air de rien mais quand t’en as plein t’as un spectacle ou un livre. Et donc tout seul, ça a quand même une valeur, qu’il convient de ne pas mépriser au risque de mépriser individuellement chaque brique d’une maison et donc par extension toute la maison dans son ensemble.

Et c’est pas moi qui le dit hein, c’est Desproges quand un auditeur lui demandait des phrases pour un livre sans vouloir le rémunérer.

D’ailleurs en parlant de Desproges, combien de fois pouvons-nous voir ses citations, de lui et d’autres personnalités ? Ne sont-elles pas considérées comme des œuvres de l’esprit ? Quelle différence ont-elles avec un bon-mot issu de Twitter, si ce n’est le média qui importe peu ? Un tweet a dans l’absolu autant de valeur créative qu’une formule d’un humoriste, d’un philosophe ou scientifique. Ne considérons pas les œuvres issues de Twitter, ou d’internet en général, comme des oeuvres médiocres par nature, sur le prétexte élitiste bourgeois qu’elles proviennent d’un anonyme, ou d’une femme précaire.
Nous avons tous droit au respect de notre capacité créative.

Sauf Les Répliques qui n’ont pas de capacité créative.

Bref penchons-nous sur Twitter et le droit d’auteur. Contrairement à une idée-reçue, ce qui est diffusé sur Twitter (comme partout ailleurs) est soumis au droit d’auteur (ne serait-ce que parce qu’aucune condition d’utilisation, aucun contrat n’est au-dessus de la loi), mais en plus et surtout vous devez avoir les droits sur ce que vous publiez, comme précisé dans ce paragraphe des conditions d’utilisation :

twitter conditions.jpg

Il nous faut alors définir si un tweet, ou un trait d’esprit dans notre cas, est soumis au droit d’auteur (auquel cas Les Répliques devront le respecter dans leurs copiés-collés). Nous avons en France une très bonne législation sur le droit d’auteur, protégeant très bien les auteurs (du moins quand c’est appliqué) mais aussi ceux qui veulent avoir disons « un peu de marge », les gens comme moi qui font des détournements par exemple. Mais bref plutôt que d’aller voir l’article L111-1 du Code de la Propriété Intellectuelle qui nécessite de considérer ce qui est ou non une « œuvre de l’esprit » (les tweets n’étant pas considérés par Les Répliques comme tel, malgré le principe élémentaire que j’ai exposé plus haut avec les briques), nous allons avoir l’avis des juristes de « Deshoulières Avocats » :

avocats.jpg

« Les Répliques » se placent ainsi dans le même cas. En compilant les meilleurs tweets, ils sélectionnent les plus originaux et personnels (dans le sens « avec de la personnalité ») ce qui fait de ces tweets, au moins une partie, de véritables « œuvres de l’esprit » soumises au droit d’auteur selon la législation française du droit d’auteur.
Contrairement à, par exemple, des journalistes reprenant des tweets pour mettre en valeur de simples opinions et non pas des bons mots (à la manière d’un micro-trottoir – journalistes d’ailleurs payés pour leur travail de journalisme et non pour juste montrer des tweets comme Les Répliques).

Pour approfondir, il y une autre source sur Slate à propos de ce cas très complet et on-ne-peut-plus similaire à notre sujet (clic).

Ainsi, clairement et comme ce fut démontré, Les Répliques sont dans une violation de la propriété intellectuelle.
Maintenant, l’affaire devient plus grave encore s’il y a une activité commerciale qui en découle, nécessitant alors dans ce cas de donner sa part aux auteurs (s’ils l’exigent).

Un argument pour défendre Les Répliques consiste à dire qu’ils récupèrent des « dons », et qu’ainsi ce n’est pas une activité commerciale, que ce n’est pas un échange de service. J’étais parti sur de lourdes et chiantes recherches sur les distinctions juridiques entre un don et un échange de service (Les Répliques proposant bien le service de faire des tops avec un financement, ne recevraient rien s’ils ne proposaient rien aux donateurs et ces derniers n’auraient plus rien sans dons…), mais je me suis dit qu’en fait, on s’en branle. En effet, dans tous les cas ça ne retire rien au fait que Les Répliques reçoivent de l’argent grâce à la propriété intellectuelle des autres (leur « notoriété » étant basée sur ce système), quel que soit l’origine et l’intention derrière cet argent. On en revient à mon analogie de l’artiste de rue.

Que ce soit avec des tweets, un film, un spectacle, un dessin… Il n’est juste pas légal de recevoir de l’argent pour vous servir la propriété intellectuelle des autres sans leur accord et sans tenir compte de leurs conditions, quoi que vous fassiez de cet argent.
D’ailleurs, même un film (par exemple) que vous avez acheté est restreint au cercle familial et aux amis, vous ne pouvez pas en faire de séances publiques, y compris gratuites. Car les droits d’auteur ne vous appartiennent pas, le propriétaire des droits vous accordant, par votre achat, un usage restreint selon ses conditions.
De la même façon, chaque twittos avec un minimum d’esprit propose ses bons mots selon ses conditions et les options de la plate-forme. Certains ignorent leurs droits, d’autres s’en foutent, tandis que ceux que je prétends aujourd’hui défendre refusent qu’on se serve de leurs idées comme d’une source d’argent facile.

Pour en revenir au cas de Les Répliques, là où ça fleure bon l’arnaque c’est que les dons ne servent pas clairement à financer la maintenance du site et/ou le développement contrairement à leurs affirmations (on voit ça après), car aucun montant nécessaire n’est avancé, il n’y a aucune transparence. Et puis franchement, faire du ctrl+c ctrl+v pour choper un tweet qui fait des dizaines de milliers de vues (difficile à repérer!), avant de le foutre sur un montage Paint, ça demande pas des heures de travail acharné au point de gagner 4 smics le mois. D’ailleurs, sont-ils capables de dire le temps qu’ils passent pour trouver des tweets que tout le monde voit ? Qu’on rigole.
En clair, peut-être que Les Répliques ont besoin de 50€, ou 100€, ou 150€ par mois pour que ça tourne, mais ils ont reçu 6000€ pour le mois d’octobre. Où va le reste ?… Personne ne sait exactement ce qu’ils en font, et Les Répliques n’apportent aucune preuve de leur bonne foi.

Il y a bien 6000€ qui se sont volatilisés en octobre.

Ainsi, Les Répliques violent la propriété intellectuelle des autres avec une activité lucrative qui a toutes les chances d’arnaquer ses donateurs naïfs (en plus d’abuser de twittos bénévoles parfois précaires).

Mais c’est pas fini.

Parce qu’en plus, ils sont bêtes.

Voici quelle fut leur défense :

répliques 1répliques 2

Je vais relever quelques points (pas tout, l’article est déjà assez long) :
– « Avant cette campagne Tipeee par contre, ça ne lui posait aucun problème d’être repris par Les Répliques ». Je reformule : « avant de voir que des gens se font de l’argent avec ses idées », c’est plus clair peut-être là ? C’est peut-être juste normal de ne pas être dérangé quand un contenu non-lucratif circule de manière non-lucrative (donc selon les conditions de l’auteur, ce qui est la base), mais de l’être quand le contenu à l’origine bénévole sert à engraisser quelqu’un d’autre, non ? Surtout quand on est une femme précaire avec un enfant, non ?
– « [la campagne Tipeee] a pour seul et unique but de nous développer ». Comme je l’ai relevé tout à l’heure, y’a aucune preuve. Habituellement quand quelqu’un fait une campagne de financement participatif (youtubeur par exemple) c’est limité dans le temps, avec des paliers qui montrent ce qu’il est possible de faire avec chaque montant atteint, et dans certains cas les frais, le budget précis. Là y’a que dalle. On sait pas où l’argent part, à quoi il sert, comment, pourquoi, combien. Je suis presque tenté de considérer qu’ils sont de bonne foi mais incompétents, sauf que leur tendance à voler les idées des autres pour créer leur petit système m’en empêche.
– « les tipeurs sont totalement libres de donner ou non » oui, c’est d’ailleurs le consentement de la victime qui permet de différencier un vol d’une arnaque. On est libre de se faire arnaquer, mais ça ne retire rien au fait que ça reste une arnaque.
– « Nous n’avons jamais vendu le moindre tweet ». Ici Les Répliques font passer ce qui est « commercial » pour une « vente », ce qui est réducteur et donc manipulatoire. Un musée ne vend rien comme objet concret si ce n’est des places pour visiter, de la même façon que Les Répliques se font payer pour proposer un accès à une compilation d’idées qui ne leur appartiennent pas et qui sont déjà en libre accès.
– « nous citons systématiquement en le taguant » sauf que ça n’avertit pas forcément le twittos, surtout quand on a beaucoup d’activité on passe facilement à côté de tags. Qui plus est, que les auteurs soient visibles (d’ailleurs un copié-collé apporte vraiment très peu d’abonnés, contrairement à un RT à la source) ne retire rien au vol de propriété intellectuelle.
– « Chaque utilisateur est libre de refuser […] quand c’est le cas nous retirons » alors je sais pas pour vous, mais moi quand je prends quelque chose à quelqu’un, je demande avant. On me dira qu’on demande pas avant de partager/RT, ce qui est vrai, mais là ce n’est pas un partage mais un copié-collé. Les tweets sont extraits de leurs contextes, les Répliques n’utilisent pas les options prévues à cet effet par la plate-forme (les ReTweets). Donc ils sont dénaturés, quoi qu’en disent Les Répliques (sans oublier un témoignage qu’on verra après). De plus, c’est de mauvaise foi (ou de l’ignorance, au choix) que de considérer qu’il suffit de retirer pour que *pouf* ça disparaisse du net. Tout ce qui est mis sur internet y reste hein.
– Ensuite Les Répliques nous sortent tout un paragraphe sur le fait que leurs 6000€ sont surtout des dons uniques et relativement peu de mensuels, ce qui change rien au principe de gagner de l’argent sur le dos des autres, et change rien au fait qu’ils se sont quand même fait dans les 6000€ en octobre. Ce qui est pas mal pour savoir manier le ctrl+c ctrl+v, il paraît que les temps sont durs mais pas pour tout le monde.
– « nos contributeurs sur Tipeee parfaitement informés des tenants et aboutissants » et bien non comme je l’ai dit, y’a aucune transparence dans leur démarche, nul ne sait exactement où va l’argent…
– « sans possibilité d’échange apaisé etc… » ce qui est faux, ils pratiquèrent le blocage systématique et refusèrent d’écouter les arguments et les faits les plus élémentaires, comme dans cet exemple d’une conversation argumentée qui a terminé en blocage (d’où l’invisibilité des réponses de Les Répliques) :

blocage.jpg

En réalité, ce que Les Répliques nomment « insultes », « malveillance » ou « agressivité » ce sont des propos certes virulents mais légitimes de personnes qui s’offusquent de leurs pratiques abusives. Bref une très mauvaise gestion de crise, un peu comme si le Community Manager d’un supermarché en venait à bloquer les gens qui se plaignent d’un produit avarié. Ça la foutrait mal.

Au passage, il m’est nécessaire de relever également ce témoignage, sans insister sur son contenu assez explicite :

les répliques fachos

Pour finir, Les Répliques m’ont moi-même exposé publiquement (et bloqué) en déformant mes propos (je vous épargne les attaques de trolls que j’ai reçu, ils sont assez minables), extrayant un tweet de mon thread à leur sujet pour en faire une publication Facebook :

les répliques réponse.jpg

Il va de soi pour n’importe quel esprit un minimum dégourdi que mon exemple est bidon, que les chiffres peuvent être n’importe lesquels et ne servent qu’à exposer une idée générale et non pas la valeur supposée et absolue d’un tweet. D’ailleurs il est amusant de constater que Les Répliques s’offusquent de payer 100€ le tweet, mais ne s’offusquent pas de gagner 1000€ pour faire 9 copiés-collés…

Mais bref, il était plus facile pour « Les Répliques » de déformer les propos de ses accusateurs pour les discréditer, tout comme ils se victimisent en se faisant passer pour la cible d’une vendetta alors que ce sont bien eux les crapules parasitaires qui vivent aux crochets des idées des autres.

Alex
LBM sur Facebook
LBM sur Twitter
LBM sur YouTube
LBM sur Tipeee

Bonus : un compte Twitter qui fait semblant d’avoir un badge « vérifié », ça sent bon les gens à qui on peut faire confiance ou pas ? 😉
les répliques badges.jpg

PS : pour les gens qui m’accusent de faire un article sur Les Répliques parce qu’ils m’ont personnellement visé (ce qui est mon droit d’ailleurs), sachez que leur publication date du 01/11 alors que mon tweet du 30/10 prouve que j’avais déjà prévu de faire cet article 😉

MISE A JOUR 03/11 :
Suite à cet article, Les Répliques menacent de porter plainte pour diffamation. Comme Ring à mon encontre et comme toute personne utilisant la menace de dépôt de plainte pour diffamation pour faire taire toute accusation de la part de personnes trop précaires pour résister à des frais de Justice.
On peut supposer que les 6000€ qu’ils ont récupéré en octobre serviront à leur payer ces frais.

répliques diffamation.jpg

Publicités

7 réflexions sur “« Les Répliques » sont des parasites

  1. Est ce vraiment le « problème » primordial de la société ?
    Pendant que tu prends de l’énergie sur ce combat, il y en a bien d’autres à mener ….

    J'aime

  2. Salut, je comprends en partie ta position, notamment en ce qui concerne la demande d’autorisation préalable à la publication, mais en ce qui me concerne, je ne peux pas te rejoindre sur le point concernantle simple « copier/coller ». Cela me semble réducteur.

    N’utilisant pas Twitter à titre personnel, j’envisage Les Répliques comme une source d’information mettant en perspective des informations via les propos de certains Twittos… un peu comme une revue de presse. Cest ce travail que je souhaite soutenir avec mes tips.

    D’autre part, je me demande jusqu’à quel point demander à Les Répliques de rémunérer les Twittos qu’ils citent ne revient pas à leur demander de faire ce que Twitter devrait faire ! Car au final je pense que c’est eux qui « se gavent » bien plus via leur modèle publicitaire. En même temps, je me demande s’ils ont réussi à être rentables finalement. Mais c’est un autre problème.

    Voilà, je ne souhaite pas alimenter la haine, je ne souhaite pas dénigrer ton combat. Je veux simplement apporter le point de vue d’un tipeur dont l’objectif est de soutenir un média qu’il apprécie et ne veut pas le faire « contre » les Twittos qu’il y lit.

    Merci pour cet article d’information. Je te souhaite le meilleur.

    Tempo

    J'aime

    1. « D’autre part, je me demande jusqu’à quel point demander à Les Répliques de rémunérer les Twittos qu’ils citent ne revient pas à leur demander de faire ce que Twitter devrait faire ! Car au final je pense que c’est eux qui « se gavent » bien plus via leur modèle publicitaire.  »

      Twitter propose un service à ses utilisateurs et est rémunéré pour cela. Les Répliques ne donne rien aux gens dont ils se servent pour gagner de l’argent.

      J'aime

  3. Salut à toi,

    Je te rejoins sur la majeure partie des points que tu relèves.

    Cependant tout cela est basé sur le fait que tu considères que l’argent touché par Les Répliques sur Tipeee comme un « salaire » pour avoir compiler des tweets : « Les Répliques reçoivent de l’argent grâce à la propriété intellectuelle des autres ».
    Et c’est là où je ne suis plus d’accord avec toi. Rien ne prouve que Les Répliques touchent de l’argent pour faire du copier/coller de Tweet (un peu réducteur ceci dit, mais pas faux non plus).
    En fait c’est même ultra compliqué pour moi de faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre lorsque je me demande si « est-ce que oui ou non les Répliques touchent de l’argent pour faire du Zap de Tweets ? »

    Car si c’est le cas, alors il y a clairement violation des droits d’auteur, comme on a pu le voir avec l’affaire Larousse et les autres citées dans l’article de Slate. Les auteurs des Tweets sont clairement dans leur droit, et pourraient alors recourir à la justice via un collectif, ou commencer par passer par la platefome dédiée à ce genre de situations sur Twitter.

    Si ce n’est pas le cas, il s’agit d’un site de simples compilations, qui souhaite étendre ses activités à du contenu plus fourni et qui pour cela demande un soutien financier via une campagne de demande de dons. Je ne vois pas où est le mal là dedans.

    La page Tipeee des Répliques est très claire à ce sujet : l’argent touché sert à financer le projet de production du nouveau contenu. Pas à uniquement compiler des citations.
    Bon ok, cela repose uniquement sur leur bonne foi, surtout qu’il est vrai que la page Tipeee manque de détail en terme de « milestones » dans tout ça.
    Mais pour le moment, c’est la seule chose qui me fait (pour l’instant !) plutôt aller du côté du « non, l’argent touché n’est pas un salaire pour compilation de citations. »
    Encore une fois, ton raisonnement tient mais repose sur l’affirmation faite au début de commentaire.

    Ah et oui je suis un des tipeurs (oui oui un des « tocards »…). Je ne tip pas pour les compils de Tweets. Ça me fait réagir, mais je suis conscient qu’il n’y a rien de créatif là dedans, ni même vraiment « d’informatif » en fait.
    Je tip car je souhaite soutenir la démarche de développement de nouveau et « vrai » contenu.

    Donc oui, on est capable de se poser des questions et de rester objectif.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s